15 mars 2018

J’ai cru que la doctrine et l’histoire d’un peuple si extraordinaire méritaient la curiosité d’un homme raisonnable.  Voltaire -  Lettres philosophiques (1734)
Posté par sebarjo à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 mars 2018

Il se réveille tout noué, une sensation de poids sur le plexus. Il porte les mains à sa poitrine, mais les écarte aussitôt, surpris par le contact d’un corps dur et froid.  Sylvie Germain -  Hors champ (2009)
Posté par sebarjo à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
13 mars 2018

Longtemps, je me suis couché de bonne heure. Parfois, à peine ma bougie éteinte, mes yeux se fermaient si vite que je n’avais pas le temps de me dire : « Je m’endors ».  Marcel Proust -  Du côté de chez Swann (1913)
Posté par sebarjo à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
12 mars 2018

Je suis un homme d’en bas. J’ai toujours levé la tête pour parler aux autres.  Jean-Pierre Gattégno -  Longtemps, je me suis couché de bonne heure (2004)
11 mars 2018

Chacun préfère savoir quand il est né, tant que c’est possible. On aime mieux être au courant de l’instant chiffré où ça démarre, où les affaires commencent avec l’air, la lumière, la perspective, les nuits et les déboires, les plaisirs et les jours.  Jean Echenoz -  Le Maître (2014)
Posté par sebarjo à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
10 mars 2018

C’était il y a vingt-cinq siècles au pays de Song, entre le Fleuve Jaune et la rivière Houaï : Tchouang Tcheou naquit les yeux ouverts et sans un cri. Il était froissé, édenté, chauve, puisque les nouveaux-nés ressemblent aux vieillards ; les hommes entrent en scène aussi démunis qu’ils en sortent.  Patrick Rambaud -  Le Maître (2015)
Posté par sebarjo à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

09 mars 2018

J’allais naître. Pour moi, l’enjeu était de taille. Si c’était à refaire, je naîtrais beaucoup moins – on naît toujours trop.  Yann Moix -  Naissance (2013)
Posté par sebarjo à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
08 mars 2018

Elle attend toute seule à l’arrêt d’autobus, du côté des numéros pairs de l’avenue. On lui donnerait à peine vingt ans, en blue-jean et imperméable court, ouvert, une sacoche en bandoulière. De loin, on pourrait la prendre pour un jeune homme à cause de sa taille, de sa carrure, de sa façon d’attendre debout, les jambes écartées, les mains dans les poches de son imperméable ouvert, regardant sans la voir l’affiche verte collée sur la haute palissade d’un chantier de l’autre côté de l’avenue, presque en face de l’arrêt où elle se... [Lire la suite]
Posté par sebarjo à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 mars 2018

Il regardait depuis longtemps le remou des masques devant lui, souffrant vaguement du mélange de leur couleurs et du synchronisme de deux orchestres, trop voisins. Sa cagoule lui étreignait les tempes ; une douleur nerveuse naissait à la racine du nez. Mais il savourait, sans impatience, un état de malaise et de qui autorisait la fuite insensible des heures.  Colette -  La femme cachée (1924)
Posté par sebarjo à 08:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
06 mars 2018

Il y avait en Westphalie, dans le château de M. le baron de Thunder-ten-tronckh, un jeune garçon à qui la nature avait donné les mœurs les plus douces. Sa physionomie annonçait son âme.  Voltaire -  Candide ou L'optimisme (1759)