25 mars 2018

A cette époque, j’étais fou.  Yannick Haenel -  Tiens ferme ta couronne (2017)
Posté par sebarjo à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

23 mars 2018

Sur aucune mer du monde, même aussi près d’une côte, un homme n’aime se retrouver dans l’eau tout habillé – la surprise que c’est pour le corps de changer subitement d’élément, quand l’instant d’avant le même homme aussi bien bavardait sur le banc d’un bateau, à préparer ses lignes sur le balcon arrière, et puis l’instant d’après, voilà, un autre monde, les litres d’eau salée, le froid qui engourdit et jusqu’au poids des vêtements qui empêche de nager.  Tanguy Viel -  Article 353 du code pénal (2017)
Posté par sebarjo à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
22 mars 2018

La mer montait, elle faisait disparaître les grèves, la vase, les pierres noires et les algues qui les recouvraient. L’océan arrivait soudain et avec lui une odeur de vagues, de grand large, de fonds remués.  Philippe Le Guillou -  La route de la mer (2018)
Posté par sebarjo à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
18 mars 2018

Le monde était sur le qui-vive. Partout on veillait, on anticipait, on prévenait. Il n’était plus un doigt dont le remuement ne fût aussitôt prétexte à alarmes, enquêtes, rapports, expertises, contre-expertises.  Sylvain Prudhomme -  L’affaire Furtif (2018)
Posté par sebarjo à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
16 mars 2018

C’est venu du dehors, peu à peu, comme une main lourdement posée sur ton épaule, qui t’aurait rappelé un souvenir usé. Tu es restée assise sur le lit, pieds ballants, tu ne sais pas combien de temps ainsi, immobile, sans rien voir, sans penser à rien.  Anne Godard -  L’inconsolable (2006)
Posté par sebarjo à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
14 mars 2018

Il se réveille tout noué, une sensation de poids sur le plexus. Il porte les mains à sa poitrine, mais les écarte aussitôt, surpris par le contact d’un corps dur et froid.  Sylvie Germain -  Hors champ (2009)
Posté par sebarjo à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

11 mars 2018

Chacun préfère savoir quand il est né, tant que c’est possible. On aime mieux être au courant de l’instant chiffré où ça démarre, où les affaires commencent avec l’air, la lumière, la perspective, les nuits et les déboires, les plaisirs et les jours.  Jean Echenoz -  Le Maître (2014)
Posté par sebarjo à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
10 mars 2018

C’était il y a vingt-cinq siècles au pays de Song, entre le Fleuve Jaune et la rivière Houaï : Tchouang Tcheou naquit les yeux ouverts et sans un cri. Il était froissé, édenté, chauve, puisque les nouveaux-nés ressemblent aux vieillards ; les hommes entrent en scène aussi démunis qu’ils en sortent.  Patrick Rambaud -  Le Maître (2015)
Posté par sebarjo à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
09 mars 2018

J’allais naître. Pour moi, l’enjeu était de taille. Si c’était à refaire, je naîtrais beaucoup moins – on naît toujours trop.  Yann Moix -  Naissance (2013)
Posté par sebarjo à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
03 mars 2018

La chaleur du soleil semblait fendre la terre. Pas un souffle de vent ne faisait frémir les oliviers. Tout était immobile.  Laurent Gaudé -  Le soleil des Scorta (2004)
Posté par sebarjo à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,