13 mars 2018

Longtemps, je me suis couché de bonne heure. Parfois, à peine ma bougie éteinte, mes yeux se fermaient si vite que je n’avais pas le temps de me dire : « Je m’endors ».  Marcel Proust -  Du côté de chez Swann (1913)
Posté par sebarjo à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

07 mars 2018

Il regardait depuis longtemps le remou des masques devant lui, souffrant vaguement du mélange de leur couleurs et du synchronisme de deux orchestres, trop voisins. Sa cagoule lui étreignait les tempes ; une douleur nerveuse naissait à la racine du nez. Mais il savourait, sans impatience, un état de malaise et de qui autorisait la fuite insensible des heures.  Colette -  La femme cachée (1924)
Posté par sebarjo à 08:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
01 mars 2018

Ça a débuté comme ça.  Céline -  Voyage au bout de la nuit (1932)
25 février 2018

Cela m’a pris vers six heures. Une onde de désespoir comme je n’en avais jamais connue qui m’a submergé, cerné le cœur, fouillé les tripes, meurtri la gorge et empli les yeux de larmes. Quelque chose d’atroce, d’avoir été trop longtemps contenu, qui m’a laissé, brisé, sur le lit dur et étroit de ma cellule, déjà la proie des ombres crépusculaires.  Léo Malet -  Le soleil n’est pas pour nous (1949)
Posté par sebarjo à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
03 février 2018

Je vais encourir bien des reproches. Mais qu’y puis-je ? Est-ce ma faute si j’eus douze ans quelques mois avant la déclaration de la guerre ? Sans doute, les troubles qui me vinrent de cette période extraordinaire furent d’une sorte qu’on n’éprouve jamais à cet âge ; mais comme il n’existe rien d’assez fort pour nous vieillir malgré les apparences, c’est en enfant que je devais me conduire dans une aventure où déjà un homme eût éprouvé de l’embarras.  Raymond Radiguet -  Le diable au corps (1923)
Posté par sebarjo à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,