21 mars 2018

Du plus loin que je me souvienne, j’ai entendu la mer.  Jean-Marie Gustave Le Clézio -  Le chercheur d’or (1985)

20 mars 2018

Ma bien-aimée, mon abandonnée, ma perdue, je t’ai laissée là-bas au fond du monde, j’ai regagné ma chambre d’homme de la ville avec ses meubles familiers sur lesquels j’ai souvent posé mes mains qui les aimaient, avec ses livres qui m’ont nourri, avec son vieux lit de merisier où a dormi mon enfance et où, cette nuit, j’ai cherché en vain le sommeil. Et tout ce décor qui m’a vu grandir, pousser, devenir moi, me paraît aujourd’hui étranger, impossible. Ce monde qui n’est pas le tien est devenu un monde faux, dans lequel ma place n’a... [Lire la suite]
Posté par sebarjo à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
08 mars 2018

Elle attend toute seule à l’arrêt d’autobus, du côté des numéros pairs de l’avenue. On lui donnerait à peine vingt ans, en blue-jean et imperméable court, ouvert, une sacoche en bandoulière. De loin, on pourrait la prendre pour un jeune homme à cause de sa taille, de sa carrure, de sa façon d’attendre debout, les jambes écartées, les mains dans les poches de son imperméable ouvert, regardant sans la voir l’affiche verte collée sur la haute palissade d’un chantier de l’autre côté de l’avenue, presque en face de l’arrêt où elle se... [Lire la suite]
Posté par sebarjo à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
05 mars 2018

DOUKIPUDONKTAN, se demanda Gabriel excédé.  Raymond Queneau -  Zazie dans le métro (1959)
Posté par sebarjo à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
28 février 2018

Je connais bien le ciel. Je m'y suis habitué. Toutes ses nuances terre d'ombre, tilleul, chair ou safran, je connais. Dans mon fauteuil, sur la terrasse, je l'examine. Il est midi. Le ciel est blanc. J'ai tout mon temps.  Jean Echenoz -  Nous trois (1992)
Posté par sebarjo à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
21 février 2018

Il y aura toujours quelqu’un pour repeindre les plinthes. Toujours quelqu’un pour colmater les brèches et enduire les plâtres qui se fendent.  Laurent Mauvignier -  Apprendre à finir (2000)
Posté par sebarjo à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

19 février 2018

Un jour, un homme partit avec la femme d’un autre. Comme cet autre était très riche, l’homme lui vola aussi une forte somme d’argent, très forte, presque tout l’argent. Le lendemain cependant, la femme le quittait à son tour, elle emporta l’argent. En deux jours donc, deux hommes furent quittés par la même femme ; dans ce même laps de temps, ces mêmes deux hommes furent floués de la même somme d’un même argent. Mais si une même infortune les unit, on peut légitimement conjecturer que leur réaction pût différer quelque peu :... [Lire la suite]
Posté par sebarjo à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
17 février 2018

Il était une fois cinq soldats français qui faisaient la guerre, parce que les choses sont ainsi.  Sébastien Japrisot -  Un long dimanche de fiançailles (1991)
14 février 2018

Un jour, j’étais âgée déjà, dans le hall d’un lieu public, un homme est venu vers moi. Il s’est fait connaître et il m’a dit : « Je vous connais depuis toujours. Tout le monde dit que vous étiez belle lorsque vous étiez jeune, je suis venu pour vous dire que pour moi je vous trouve plus belle maintenant que lorsque vous étiez jeune, j’aimais moins votre visage de jeune femme que celui que vous avez maintenant, dévasté.  Marguerite Duras -  L'amant (1984)
Posté par sebarjo à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 février 2018

Je m'en vais, dit Ferrer, je te quitte. Je te laisse tout mais je pars.  Jean Echenoz -  Je m'en vais (1999)
Posté par sebarjo à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,