11 mars 2018

Chacun préfère savoir quand il est né, tant que c’est possible. On aime mieux être au courant de l’instant chiffré où ça démarre, où les affaires commencent avec l’air, la lumière, la perspective, les nuits et les déboires, les plaisirs et les jours.  Jean Echenoz -  Le Maître (2014)
Posté par sebarjo à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

28 février 2018

Je connais bien le ciel. Je m'y suis habitué. Toutes ses nuances terre d'ombre, tilleul, chair ou safran, je connais. Dans mon fauteuil, sur la terrasse, je l'examine. Il est midi. Le ciel est blanc. J'ai tout mon temps.  Jean Echenoz -  Nous trois (1992)
Posté par sebarjo à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 février 2018

Je m'en vais, dit Ferrer, je te quitte. Je te laisse tout mais je pars.  Jean Echenoz -  Je m'en vais (1999)
Posté par sebarjo à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 février 2018

On s’en veut quelquefois de sortir de son bain. D’abord il est dommage d’abandonner l’eau tiède et savonneuse, où des cheveux perdus enlacent des bulles parmi les cellules de peau frictionnée, pour l’air brutal d’une maison mal chauffée. Ensuite, pour peu qu’on soit de petite taille et que soit élevé le bord de cette baignoire montée sur pieds de griffon, c’est toujours une affaire de l’enjamber pour aller chercher, d’un orteil hésitant, le carreau dérapant de la salle de bains.  Jean Echenoz -  Ravel (2006)
Posté par sebarjo à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,